Ajax loader
France, container ship, dry dock / photo
Shipbuilding / shipyard.

A container ship during an overhaul in the dry dock at Saint-Nazaire (Dép. Loire-Atlantique, France).

Photo, 1987.
of 1
Open Lightbox
Bruno Pérousse - Carénage, la toilette des géants
Le Festival Photo de Mer existe depuis 2003 à Vannes en Bretagne et a lieu tous les ans, avec la participation de photographes professionnels et amateurs du monde entier. Le thème de la Mer est abordé de multiples façons et sous des angles divers, mettant en valeur l'importance de la "planète bleue".

L'agence akg-images est présente pour la première fois cette année, avec deux expositions dont l'une est celle de Bruno Pérousse, intitulée "Carénage, la toilette des géants".

Le photographe a écrit à ce propos : "Pour assurer l’entretien des gros navires, on procède régulièrement à leur mise à sec dans les formes de radoub. Les monstres d’acier deviennent de gigantesques chantiers autour desquels s’agitent les ouvriers de la réparation navale, réduits à la taille de lilliputiens. La coque est décapée, les chaînes d’ancres sont déroulées et l’hélice déposée pour procéder aux contrôles techniques nécessaires. Dans ces paysages de tôle et de ferraille aux décors couleur de rouille, dans ces forêts de chaînes, de câbles et d’échafaudages où l'eau qui s'échappe des jointures de la porte de la cale forme des cascades, c’est toujours l’excessive disproportion du personnage face à son ouvrage qui ressort. Au milieu des nuages de fumée des postes de soudure et des projections de sablage sur le métal, le travail progresse, et quand la carène est propre, les couleurs se succèdent au rythme des couches de peinture appliquées qui redessinent le graphisme pur des étraves. Le chantier prend un autre aspect. Dans le vacarme parfois assourdissant des machines à air comprimé et des coups répercutés dans les cales vides, l'agitation est permanente car il faut faire vite. Il reste les finitions et le navire est prêt à reprendre la mer. Le tout n’a pas duré plus d’une semaine." (Bruno Pérousse)